Mercredi 16 Avril 2014

Économie

BM : L’économie libanaise gravement affectée par la crise syrienne

Le conflit en Syrie a pesé sur les arrivées de visiteurs au Liban et le taux d’occupation des hôtels, les nombreux touristes qui avaient l’habitude de voyager par voie terrestre n’ayant pu venir en raison de la situation.

Liban - Conjoncture Tourisme, finances publiques, exportations... le pays est touché de plein fouet par les ravages du conflit.
OLJ
03/07/2013

« L’économie libanaise a été sévèrement affectée par le conflit syrien », a indiqué la Banque mondiale (BM) dans son dernier rapport. Selon l’institution mondiale, citée par le Lebanon this Week de la Byblos Bank, la crise syrienne a lourdement pesé sur la consommation des particuliers tandis qu’elle a perturbé l’activité économique et affecté négativement les finances publiques. Le secteur touristique a été le plus sévèrement touché par les événements, tandis que l’immobilier et le secteur bancaire ont continué de prouver leur résilience. La Banque mondiale a ajouté que la détérioration de la situation sécuritaire au Liban allait peser davantage sur le sentiment de confiance du consommateur et ainsi sur l’investissement et la demande interne.


Ensuite, la BM a souligné que le conflit en Syrie avait pesé sur les arrivées de visiteurs au Liban et le taux d’occupation des hôtels, les nombreux touristes qui avaient l’habitude de voyager par voie terrestre n’ayant pas pu venir en raison de la situation. Les débordements de la crise syrienne font craindre aux touristes de rester coincés au Liban, lesquels préfèrent d’autres destinations plus sûres, tandis que les touristes arabes ont, eux, tout bonnement décidé de boycotter le pays. Ainsi, la Banque mondiale a estimé la perte en dépenses touristiques à 303 millions de dollars en 2012, soit l’équivalent de 0,5 % du PIB de l’année dernière.

 

(Lire aussi : Ariss : « La situation est catastrophique »)


Par ailleurs, le rapport a souligné les répercussions de la crise syrienne sur les exportations libanaises. En effet, la perturbation des voies de transit a limité l’accès des produits libanais aux marchés arabes, ce qui a engendré d’importants coûts en matière de frets et d’assurance. Les exportations via la Syrie ont ainsi diminué à 1,3 % du PIB en 2012 contre 1,8 % du PIB en 2011, 1,9 % du PIB en 2010 et 2 % du PIB en 2009. Cependant, l’augmentation des exportations en Syrie, en raison de la demande élevée de produits libanais là-bas, a en partie compensé ces pertes, ajoute la BM.


Les exportations libanaises en Syrie ont augmenté de 0,15 point de pourcentage à 0,7 % du PIB l’année dernière, soit son niveau le plus élevé depuis 2008. Selon la BM, cette augmentation provient principalement des produits industriels, agroalimentaires, énergétiques et du tabac. Le Liban demeure l’un des seuls points d’entrée vers la Syrie, les frontières étant restées ouvertes, en particulier le point de Masnaa qui est l’entrée la plus proche de Damas. Cependant, le rapport a ajouté que ce marché de niche demeurait volatil et très fortement dépendant de la sécurité aux frontières.


La Banque mondiale a en outre attribué l’augmentation de la facture des importations libanaises principalement au conflit syrien, des biens étant importés au Liban pour ensuite être clandestinement introduits via la frontière syrienne.

 

Lire aussi

« Dès que vous prononcez le mot armes, ça tue le tourisme »

 

En mai, le nombre de visiteurs au Liban à son plus bas niveau depuis cinq ans

Pour mémoire

Moody’s et la BM prévoient une croissance « modérée » au Liban pour 2013 
Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

GEDEON Christian

Non mais t'as vu la gueule de la chambre ? c'est ce qu'on faisait dans les années 80 çà...upgrade, upgrade...et si vous voulez qu'il y ait des touristes, des vrais, pas les familles libanaises qui viennent au Liban, formez donc votre personnel, messieurs les hôteliers et autres gens du tourisme...et qu'ils arrêtent de s'adresser aux gens d'abord en anglais....çà m'horripile...il suffit qu'on me fasse çà pour que j'aille voir ailleurs...vous êtes toujours dans le "arab dream"...whisky coca et petites artistes... 3a rassé,te'mor et patin et couffin...changez un peu, évoluez, ajoutez une touch of class..mais c'est fini le tourisme du désert, ils n'en veulent plus, et eux aussi, ils en ont marre qu'on les prenne pour des cons ...ba3d ma fhemto?

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.