Mercredi 16 Avril 2014

Liban

Les appels à une enquête sur la bataille de Saïda deviennent détaillés

Le commandant en chef de l’armée, le général Jean Kahwagi, a été reçu hier au Sérail par le Premier ministre sortant Nagib Mikati. Photo Dalati et Nohra

OLJ
28/06/2013
Les appels, dont celui de Nagib Mikati, à l’ouverture d’une enquête sur les incidents de Saïda ont été réitérés hier par les ulémas de Saïda proches du 8 Mars, à l’issue de leur visite chez le mufti de la République Mohammad Rachid Kabbani. Le mufti de Saïda Ahmad Nassar a en même temps stigmatisé « les appels à déserter l’armée et les appels au jihad contre l’armée ». Il a appelé en outre à « l’ouverture d’une enquête transparente et efficace qui informe les Libanais de la réalité de ce qui s’est passé et continue de se passer à Saïda ».
En revanche, l’ancien mufti de Saïda, toujours en place puisqu’il conteste la décision de son éviction, cheikh Salim Soussane, a estimé que le principal enjeu est de « mettre un terme aux transgressions commises par des forces qui ne représentent ni la loi ni le système ». Il a mis en garde contre le risque que la situation s’aggrave au point d’échapper à tout contrôle.
Dans le même cadre, la Rencontre nationale islamique du Nord, réunie hier au domicile du député Mohammad Abdellatif Kabbara à Tripoli, a appelé à « la création d’une commission judiciaire parlementaire pour mener l’enquête sur les incidents de Saïda afin que la colère des gens ne se transforme pas en rancœur que nul ne pourra plus contrôler ». La Rencontre a elle aussi mis l’accent sur « ce qui se passe et continue de se passer à Saïda, comme violations et transgressions dangereuses, sous les yeux des unités de l’armée et des forces de sécurité ».

« Qui a tué les martyrs de l’armée ? »
Les personnalités tripolitaines réunies au domicile de Kabbara se sont demandé en outre si « la participation du parti armé d’Iran dans l’attaque contre les habitants de la ville de Saïda sur un périmètre sous le contrôle de la troupe ne reflète pas la nouvelle idéologie militaire sécuritaire de l’armée, sur la base du triptyque armée-peuple-résistance que nous refusons ».
Il existe donc un malaise qui ne peut être occulté à Saïda, précisément dans la rue sunnite, nourri par des informations sur une participation active du Hezbollah aux combats dans la ville. Mais le député Kabbara est allé plus loin hier, à la lumière des photos montrant « la présence des éléments du Hezbollah dans la mosquée Bilal ben Rabah aux côtés de l’armée, en uniforme militaire et avec un ruban jaune au bras ». « Qui donc a tué les martyrs de l’armée ? » s’est-il demandé. Seule une commission judiciaire indépendante serait à même de répondre à cette question.

Nouvelle idéologie de l’armée ?
De son côté, le Hezbollah n’a jamais affiché avec autant d’ardeur son appui à l’armée : les cadres du Hezbollah et du mouvement Amal au Liban-Sud réunis ont insisté sur « leur appui absolu à l’institution militaire » et dénoncé « fermement toute tentative de mise en doute de ses capacités et de son rôle unificateur ». Les partis nationalistes de Saïda, réunis au domicile de Abdel Rahman Bizri, ont réaffirmé l’appui à « la victoire de l’armée et de Saïda ».
Le 14 Mars néanmoins, tout en appuyant le rôle de l’armée dans le cadre de son appui aux institutions, a appelé à établir « la force légitime de l’armée sur tout le territoire », selon l’expression du député des Forces libanaises Antoine Zahra.
Notons toutefois que le ministre démissionnaire de l’Intérieur Marwan Charbel a appelé les politiques à laisser les services de sécurité en dehors du conflit politique.
De son côté, la députée Bahia Hariri continuait hier de suivre le processus de dédommagement des habitants et de reconstruction de l’infrastructure, notamment à Abra. Elle a reçu en outre l’archevêque grec-catholique de Saïda et de Deir el-Qamar, Mgr Élie Haddad, ainsi que le métropolite grec-orthodoxe de Saïda, Tyr et Marjeyoun, Mgr Élias Kfouri.
Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Ca s'eclaircira petit a petit et nous decouvrirons a la fin certaines verites qui derangent. A la fin "Ma ra7 yi se7 ella l'sa7i7".

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.